Retour

Mont-Blanc : mesure de 2005

Les objectifs

Pour cette année les objectifs sont :

  1. Mesure du point implanté les années précédentes
  2. Levé topographique du sommet pour effectuer une comparaison avec le précédent


Déroulement des opérations

Vendredi 23 septembre 2005

L'opération a commencée non pas le 24 septembre, mais le 23, par le calcul d'un point au refuge de l'Aiguille du Midi (3842m, bizarre le G.P.S. ne donnait pas la même altitude !!!), à l'aide du point situé aux Houches.

Nous avons eu droit également à une démonstration faite par André LADRAT ingénieur Leica(ici en photo), du calcul d'un point, grace une station du R.G.P. (ici située à Annecy), avec leur appareil SmartStation (ici en photo).
Après plusieurs minutes de mesures le point à été calculé directement sur place par les ingénieurs Leica.
Aussitôt le point calculé, le G.P.S. a été configuré et programmé pour commencer à enregistrer les données dès 7h00 du matin, car le refuge de l'aiguille du Midi n'est pas accessible avant 8h30.

Pendant ce temps la première cordée composée de quatre personnes, partait rejoindre le refuge des Cosmiques pour y passer la nuit et partir tôt le lendemain à l'ascension du Mont-Blanc par la voie dite "des trois Monts".
La deuxième cordée est partie quand a elle par la voie normale. Cette ascension vous est racontée par Serge Bazin, un des guides participant, sur son site (montagnevasion.com).

Samedi 24 septembre 2005

Aux altentours de 7h du matin tout commence a ce mettre en place.
Les différents points de base sont stationnés dans la vallée(ici le point de Montroc avec le Mont-Blanc en fond), pendant que les deux cordées se rejoingnent au sommet du Mont-Blanc avec un syncronisation parfaite.

Le matériel

Cette année deux type d'appareil ont étés utilisés. Comme il y'a deux ans le GPS SR530 et cette année les ingénieurs Leica sont venus avec leur nouvel appareil, la SmartStation. La SmartStation est en fait une station TPS couplée à un récepteur GPS. Celle ci à permis le calcul en temps réel des points grace à une liaison GSM avec la station permanante située aux alentours d'Annecy.

Conclusions

Le calcul du sommet

Cette année le sommet du Mont-Blanc était situé 30cm au dessus de celui mesuré en 2003, c'est à dire à 4808.75m.

Comme en 2003 un relevé topographique du sommet à été effectué. La superposition des deux modélisations(voir ci-contre) permet de voir le déplacement de la crête sommitale. On peut constater que la crête c'est déplacée d'environ 3m vers le sud.

Autre comparaison effectuée, le volume de neige et de glace au sommet (le volume est calculé à partir de l'altitude de 4800m).
En 2003 le volume était de 14625m3, cette année il est de 14280m3.
Autrement dit le volume de neige et de glace n'a pratiquement pas bougé en 2ans.
Ces nouvelles mesures confirment les commentaires émis il y a deux ans.

Luc Moreau (glaciologue) :

"[...]Au sommet du Mont-Blanc, à presque 5000m d'altitude la température moyenne annuelle est de -15°C, la fonte n'existe pas. Pourtant, nous remarquons que l'épaisseur de neige et de glace de cette calotte sommitale, de l'ordre de 15 à 35m suivant les endroits, fluctue d'une année à l'autre. C'est qu'elle est gouvernée principalement par les précipitations et le vent qui permet à cette neige de rester ou non [...]"

Et après ? : Les objectifs des prochaines expéditions

Les prochaines mesures devraient s'effectuer non pas en post-traitement, c'est à dire que les calculs sont fait après les mesures, mais en temps réel.
Et ceci grace au tout nouveau réseau Teria. Ce réseau sera opérationnel d'ici quelques mois.
Retrouvez ici toutes les informations sur Teria.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour donner accès a certains contenus et services de ce site.

J'accepte En savoir plus